<link rel="stylesheet" href="//cdn.shopify.com/s/files/1/0732/0067/t/71/assets/theme.scss.css?v=9146815578013945088">

Ambassadrice Breanna Wilson - Aventure et camping en 4x4 dans le parc national de Vashlovani avec ma machine à espresso portable préférée.

Aventure et camping en 4x4 dans le parc national de Vashlovani avec ma machine à espresso portable préférée.

L'aventurière, écrivaine de voyage et photographe Breanna Wilson sait une ou deux choses sur les voyages. Partageant son temps entre Oulan-Bator en Mongolie et Tbilissi en Géorgie, elle est toujours à la recherche du meilleur équipement, le plus cool et le plus léger pour l'accompagner dans ses aventures lointaines et hors des sentiers battus. (C’est une experte car pour gagner sa vie, elle teste des produits adaptés à sa passion.) Ainsi, ayant voyagé à plusieurs reprises avec la Nanopresso et la Pipamoka, nous étions curieux de la suivre dans sa dernière aventure en 4x4, à travers le parc national inexploré de Vashlovani en Géorgie.


Le parc national de Vashlovani
 situé dans la partie orientale de la Géorgie (le pays) est aussi époustouflant que mystérieux. Rude et inhospitalier, il est complètement inconnu et délaissé, et regorge de serpents venimeux. C’est tout ce que je recherche pour une destination d’aventure ! (De plus, le nom du parc en géorgien est assez cool : ვაშლოვანის ეროვნული პარკი!)

Bordant à la fois l'Azerbaïdjan et l'Arménie, au nord de l'actuelle zone de conflit du Haut-Karabakh, l'écosystème semi-désertique du parc national de Vashlovani rappelle davantage un safari africain que celui de l'Union post-soviétique.

Il n'y a pas grand monde et encore moins d'animaux à rencontrer, le terrain passe de douces collines ondulantes en badlands et montagnes aux couleurs de l'arc-en-ciel qui s'étendent à perte de vue. C'est vraiment un coin fascinant du pays et un endroit que les touristes négligent presque toujours lors de leur voyage en Géorgie.

Heureusement pour moi, j'ai tout mon temps pour découvrir les confins de ce pays incroyablement diversifié et magnifique. Comme beaucoup d'autres, je me suis retrouvée «coincée» en Géorgie à cause du coronavirus. Mais utiliser ce terme n’est pas tout à fait exact. J’ai choisi de rester ici au lieu de retourner aux Etats-Unis, et avec les frontières fermées à de nombreux citoyens américains pour le moment, c’est ma nouvelle patrie. Sincèrement, je peux dire que la Géorgie m'a adoptée tout autant que je l'ai adoptée. Non seulement c'est la destination de rêve d'un aventurier, mais la cuisine y est incroyable (qui veut du khachapuri ?). Les habitants sont parmi les personnes les plus gentilles et les plus hospitalières du monde.

Explorer ce pays, à la fois une aventure et un voyage en camping, spécialement en tant que femme voyageant seule, a été la meilleure surprise de 2020. Voici comment j'ai entrepris ce périple, avec ma machine à espresso nomade préférée, la Nanopresso.   

L'aventure : planifier un voyage hors route à travers le parc national de Vashlovani, Géorgie (le pays)

Quand j'ai découvert le parc national de Vashlovani pour la première fois, c'était comme si quelqu'un m’offrait une toute nouvelle façon d'explorer la Géorgie. Je n’avais rencontré aucune personne qui y avait été elle-même et je n’ai jamais pu obtenir de réponse claire aux questions que je me posais. Quel était le meilleur itinéraire à travers le parc ? De combien de jours aurais-je besoin ? Serait-il nécessaire de faire le plein à un certain moment ? A quel point était-ce dangereux de voyager seule ? Sans m'en rendre compte, j’ai passé des heures à la recherche d’informations et à contempler d’incroyables photos.

J'avais décidé que la seule façon dont je souhaitais vivre cette aventure était de conduire moi-même. Pas de guide touristique ni de caravane de voitures. Je ne voulais pas manquer une seule seconde de cette aventure.

Après avoir finalement investi dans un véhicule 4x4 à Tbilissi, avec d’autres aventures comme celle-ci en tête (et il y en a beaucoup), j'ai commencé à préparer mon itinéraire.

Malheureusement pour moi, il n’existe pas beaucoup d’informations fiables et utiles sur les trajets dans le parc national de Vashlovani. La plupart de mes amis n'étaient d’aucune aide. Peu importe, je voyagerais un peu à l’aveugle. M'appuyant sur les rangers du parc, les cartes physiques et ma propre intuition. Certains de ces éléments ont mieux fonctionné que d’autres, l’administration du parc n’avait plus de cartes physiques et les rangers ne parlaient pas un bout d’anglais. Mon intuition, heureusement, se révéla bénéfique.

(J'ai depuis rédigé ce guide de voyage sur le camping en véhicule tout-terrain dans  le parc national de Vashlovani, il existe donc maintenant au moins un support fiable pour trouver ces informations.)

Selon mon expérience et les informations disponibles (ce qui n'était fondamentalement pas grand chose), j'avais une certitude : je ferai du camping dans ma voiture tout au long de cette aventure. (Je ne sais pas pour vous, mais monter une tente tous les soirs pour la démonter le lendemain matin est pour moi bien trop compliqué et épuisant.

Après quelques heures de recherche, j'ai identifié un endroit où je devrai camper pendant au moins une nuit.

L'administration du parc national m'a envoyé une carte numérique avec toutes les zones de camping répertoriées grâce à la messagerie de  leur page Facebook, ce qui m'a rassurée légèrement quant à l’idée initiale de voyager à l’aveugle, et ils m'ont recommandé de télécharger l'application de cartographie OsmAnd Maps qui peut fonctionner hors ligne.

J'ai réussi à tracer un itinéraire pour me rendre à deux endroits placés en tête de ma liste de souhaits. Mijniskure et les volcans de boue de Takhi-Tepi, je définirai le reste de mon périple par la suite. (Qu'est-ce qui pourrait mal se passer ?!)

J'avais choisi Mijniskure car il y avait un point d'observation et une zone de camping pour les touristes aux abords même de la frontière, tous deux rendant incroyablement bien sur les photos. (Vous voyez ce que je veux dire?) Le premier jour, je me rendais là-bas, je passais la nuit, puis je retournais à Dedoplistskaro le deuxième jour.

Et Takhi-Tepi, qui fait en fait partie du parc national de Chachuna, pour ses volcans de boue qui semblaient être une merveille naturelle intéressante à découvrir. (Intéressante oui, digne d'intérêt après avoir été témoin de l'incroyable beauté de Mijniskure ? Absolument pas, alors commencez par ce site.)

Pour les voir, je ferais une excursion d'une journée le troisième jour depuis Dedoplistkaro, dans le parc, et je reviendrais avant la tombée de la nuit.

Mon itinéraire me ferait rester trois jours et deux nuits. Le temps idéal pour s'échapper de la ville (Tbilissi), sans pour autant inquiéter ma mère ou toute autre personne Après tout, il n'y aurait pas beaucoup (voir aucune) réception cellulaire dans le parc.

Dans l'ensemble, tout s'est déroulé comme prévu. Malgré le fait que je sois restée coincée hors-piste une fois, et que je me sois perdue à plusieurs reprises, c’était une sacrée aventure, dans l’un des plus beaux endroits que j’ai jamais vu.

Camping en solo en tant que femme : restez en sécurité et profitez au maximum de votre expérience.

En tant que femme qui voyage seule, je suis toujours préoccupée par la sécurité. C'est pourquoi j'adore camper dans ma voiture.

Je suis enfermée dans une boîte en fer dans laquelle aucune personne, animal sauvage ou sasquatch ne peuvent se faufiler. C’est une bonne façon de se protéger du monde extérieur. Et quand vous avez une voiture aussi grande et confortable que la mienne, idéale pour vous étendre et vous installer confortablement, pourquoi ne pas camper à l’intérieur !

Voici mes conseils cruciaux pour survivre à une nuit dans votre voiture, en toute sécurité et confortablement :

- Laissez vos fenêtres légèrement entre-ouvertes la nuit. Sinon, les vitres seront vite couvertes de buée.

- Accrochez vos clés à un crochet suspendu ou ayez un endroit qui leur est dédié pour un accès rapide et facile. En gros, veuillez leur donner un emplacement spécifique, afin que vous n'ayez pas besoin de retourner votre voiture sans dessus dessous pour les retrouver, si toutefois vous les égariez.

- Préparez votre espace de couchage directement après vous être garé et installez-vous, c’est à faire absolument avant la nuit. Pensez à l'endroit où le soleil va se lever au petit matin, et choisissez si vous souhaitez profiter de sa lumière (face au coffre) ou être à l'abri de celle-ci.

- Restez aussi organisé que possible. Regroupez vos affaires, à savoir votre nourriture, vos vêtements, votre équipement de cuisine, et prenez le temps de vous assurer que cela reste ainsi tout au long de votre voyage.

- Votre toit peut sembler être un endroit idéal pour stocker des affaires pendant la nuit. Cependant n’y mettez pas votre nourriture (à cause des animaux) ou tout ce qui risque d’être endommagé par la rosée du matin (vos sièges avant sont un endroit idéal pour cela).

- Une batterie nomade avec onduleur qui constitue un excellent chargeur pour les voyages en camping-car (j'aime le Sherpa 50 de Goal Zero ). Non seulement il a deux prises USB, mais il y a aussi une prise intégrée qui vous permet de recharger l'équipement de l’appareil photo, les batteries de drone, votre ordinateur, un fer à lisser, un moulin à café ... je pense que vous avez compris.

- Les bandes de LED lumineuses sont toujours une bonne idée. De même qu’une bombe au poivre. Vous savez, juste au cas où.

- Téléchargez des films sur votre téléphone ou votre ordinateur avant votre voyage, pour les moments où le calme peut être effrayant et où il est difficile de s'endormir.

- Deux matelas de sol valent mieux qu'un. La combinaison gagnante ? : Un matelas gonflable et un matelas en mousse. (ou mieux encore, installez un matelas sur mesure pour votre voiture. Je n'en suis pas encore là, mais un jour !) J'ai aussi emballé ma couverture préférée de la maison, non seulement pour plus de chaleur, mais aussi pour une touche de confort supplémentaire.

- Si vous pensez que vous aurez des chaussures mouillées durant votre voyage, assurez-vous d'emmener des journaux dans votre voiture. Placez-les dans vos chaussures mouillées pour les aider à sécher rapidement pendant la nuit. Vous ne devriez pas avoir de vêtements mouillés ou humides (ben oui, vous êtes resté dans votre voiture toute la journée), mais si cela vous arrive, jetez-les dans votre sac de couchage et dormez avec pendant la nuit. Vous pouvez également emballer les vêtements du lendemain dans un petit sac respirant et faire de même. Se réveiller avec des vêtements chauds à enfiler est un petit plaisir que vous apprécierez.

- Voyager en voiture vous offre l’avantage de pouvoir apporter du bois de chauffage, des repas (assurez-vous d’en préparer autant que vous le pouvez à la maison), du café en grain, un moulin à café portable, votre machine à espresso de camping préférée, du lait raffiné (Je suis fan du lait d'amande), et bien plus encore. Ce qui m'amène à mon prochain sujet…

Routine matinale: Je vous présente ma machine à espresso de camping préférée

J'adore les matins quand je fais du camping en voiture. Je suis blottie dans un sac de couchage douillet. J'entends les oiseaux pépier devant ma fenêtre (légèrement ouverte). Le soleil commence à peine à se frayer un chemin au-dessus de l’horizon, éclairant tout ce qui se trouve devant moi d’une manière complètement différente de celle que j’ai vécu la nuit précédente… J’aime chaque instant.

Et j'adore avoir une routine qui va avec. Elle ressemble à ça :

La veille, j'organise ma nourriture du jour, mon équipement de cuisine et ma tenue pour la journée. Je commence par sortir les vêtements du sac respirant que j'ai placé dans mon sac de couchage avec moi la nuit précédente, pour m'habiller. Se glisser dans des vêtements chauds et non glacés, geste positif pour votre humeur qui vous accompagnera tout au long de la journée.

Habillée et sortie de mon sac de couchage, ma prochaine priorité est ma dose de caféine du matin. Et c'est une chose importante de la journée avec laquelle je ne plaisante pas, où que je sois.

Pour aujourd'hui (et honnêtement, pour les jours où je ne fais pas de camping en voiture), ma machine à espresso portable Nanopresso est la machine à espresso de choix. (Je l'ai même emportée avec moi lors de quelques-unes de mes aventures en Mongolie.)

À la maison, je ne suis pas une barista pointilleuse, en revanche je suis particulièrement attentive à ce que je mets dans mon corps. La vie est trop courte pour perdre mon temps avec des espressos ou des cafés de mauvaise qualité !

J'ai pré-moulu mes grains de café Stumptown Coffee Roasters Hair Bender coffee beans (mon café préféré que j'avais expédié depuis Portland - ça vaut le coup !), et je chauffe mon eau sur ma mini-cuisinière.

Je fais passer un peu d'eau chaude dans ma Nanopresso pour la préchauffer avant de me lancer dans le processus d'extraction.

Je prends une cuillère de mes grains de café “Hair Bender” finement moulus et je la verse dans le panier-filtre. Je tasse ensuite la mouture avec suffisamment de pression pour la compacter, formant un beau disque de café. Je ne peux m'empêcher de souligner l’importance de cette étape. En tassant votre mouture, vous vous assurez que l'eau chaude aura beaucoup plus de mal à la traverser. Cela signifie qu’elle va en extraire plus de composants, que votre café aura une meilleure sensation en bouche et un meilleur arôme. Vous éviterez ainsi que votre espresso soit sous-extrait. Pire encore, qu'il ait un goût acide ou amer.



Tassé et prêt à l'emploi, je mets le panier-filtre à café dans la Nanopresso, ajoute de l'eau chaude dans le réservoir et je suis prête pour commencer à pomper.

Un filet lisse et crémeux d'espresso jaillit de ma Nanopresso, et en 30 secondes, mon espresso est entièrement extrait, sous une couche de crème d’un brun doré qui a l'air et sent divinement bon. (Si vous me demandez, c'est la SEULE façon de commencer une matinée, peu importe où vous êtes !)

Maintenant que j'ai mon espresso du matin en main, je suis prête à faire bouillir des œufs, à savourer mes légumes et mes fruits fraîchement coupés, à préparer une pleine tasse de café dans ma  Pipamoka (ma seconde cafetière de camping préférée de la marque Wacaco) et à profiter du reste de ma matinée, juste moi et le parc national.


Rester en sécurité sur la route : transporter du carburant supplémentaire pour refuser les invitations à dîner.

Je pense qu'à ce stade, vous comprenez mon souci lié à la sécurité lors d'une aventure.

Et, si vous avez déjà entendu quoi que ce soit sur la Géorgie, c’est sans aucun doute la gentillesse et l’hospitalité des habitants. Ici, l'invité est Roi. Et c’est l’une des choses les plus remarquables du pays.

Mais même ici, comme partout ailleurs dans le monde, il y a des exceptions.

Bien que vous puissiez vous sentir comme si vous étiez au milieu de nulle part et qu'il ne pourrait y avoir d'autre âme sur des kilomètres à la ronde, détrompez-vous. Vous n’êtes jamais vraiment seul en Géorgie, grâce aux bergers et aux agriculteurs qui vivent de la terre et aux gardes du parc et aux gardes-frontières qui la protègent. (N'oubliez pas que le parc est à la frontière avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie.)

Ne jamais être vraiment seule est à la fois une chose géniale et une chose terrifiante.

D'une part, si vous êtes coincés dans l'un des canyons et que vous n'avez pas d'autre voiture avec vous pour vous en sortir, l'un d'entre eux viendra à un moment de la journée et il sera toujours heureux de vous donner un coup de main.

J'avais également peur de ne pas avoir suffisamment de carburant pour traverser le parc et en sortir, n'ayant trouvé aucune information en ligne à ce sujet, je ne savais pas à quoi je devrais m'attendre, alors j'ai emballé deux jerricans de 5 litres sur ma galerie de toit, au cas où. Toutefois, si j’avais manqué de carburant sans avoir eu ces jerricans, je suis sûr que les gardes du parc auraient pu venir à mon secours. 112, le numéro d’urgence de Géorgie, fonctionne de n’importe où dans le parc.

L’inconvénient est que lorsque vous vous installez pour camper, en tant que voyageuse solitaire hors des routes, à travers certains des terrains les plus fous du pays, les gens deviennent curieux. Et honnêtement, en toute sincérité je ne peux pas les blâmer.

Cela se traduit par une quantité infinie de questions, généralement suivies d'invitations à dîner avec dégustation de chacha (la liqueur maison locale), et tout le reste. Bien que j'ai profité de ces offres par le passé et que j'ai eu des expériences et des souvenirs incroyables que je n'oublierai jamais, j'ai senti qu'il était plus sûr de refuser de telles invitations lors d'un voyage comme celui-ci. Surtout compte tenu de la distance qui me séparait d'un service de téléphone mobile, des secours, et sans amis ni famille sachant vraiment où je me trouvais exactement dans le parc à un moment donné.

Alors que je savais que je pouvais garder toute ma lucidité, je ne savais pas si mes nouveaux amis pouvaient en faire autant.

Faire confiance à votre instinct est impératif dans ces situations, et le mien me disait non.

Mais, alors que je disais non aux dîners et aux chachas, j'ai dit oui au partage de l’espresso du matin avec mes nouveaux amis si curieux. Après tout, créer des liens autour d’un bon espresso est une bien meilleure, et plus sûre, alternative que celle de boire des verres de chacha lors d'une aventure de camping en voiture.

FrançaisEspañol汉语English